Journal d’un Requiniste passionné : la restauration d’Izenah III (2ème partie)

Retrouvez la première partie ici : Journal d’un Requiniste passionné : la restauration d’Izenah III (1ère partie)

Cet hiver, suivez avec nous le projet entrepris par Michel DEPUYDT : la restauration d’Izenah III, ancien Rascal.

Je commence à mieux connaitre les entrailles de mon REQUIN et je dis « Bravo Monsieur BEZIER » !!!

C’est du beau travail.

Izenah a 46 ans et il en parait 30 de moins .

Par rapport à tout ce que l’on m’a dit et ce que j’ai lu sur les REQUIN et je ne citerai aucun nom , la coque a très bien vieilli.

Les varangues sont toutes saines et ne bougent pas d’un poil ;

A part deux petits points de pourriture sèche dans les oeuvres mortes , le bordé est en très bon état.

A part les deux boulons de 16 à l’avant , les gros boulons de lest que j’avais décidé de remplacer sont légèrement corrodés au niveau de la traversée de la quille , il manque un millimètre sur 22 , ils auraient tenu encore 50 ans ; il faut dire qu’ils étaient emballés de blious ( mélange huile de lin , blanc de zinc, siccatif et étoupe )  encore frais et mou sur toute la partie traversant le lest.

Du coup , je vais les faire récupérer et les réusiner en les décalant vers l’arrière ( le 6 à la place du 5 , etc.) car il a fallu taper dur ( pendant une journée ) et les filetages sont écrasés ?

Il n’y aura que le plus long à l’arrière à refaire en inox .

A l’intérieur , les quatre nouvelles membrures et cadènes sont en place . Surprise au démontage des cadènes : les bâbord mesuraient 5 mm d’épaisseur et les bâbord 4 mm ; mais ce n’étaient pas les cadénes d’origine ; un précédent propriétaire avait déjà remarqué le problème de déformation des 5 bordés dans lesquels elles étaient vissés;il avait fait rentrer les cadénes en intercalant une cale faisant office de membrure , mais trop courte .

Les nouvelles cadénes seront reliés par une fourche en fer plat inox et ridoirs à la nouvelle ferrure de pied de mat renforcée avec oreilles en inox de 80 par 10 mm .

J’ai:

– également remplacé deux des quatre équerres membrure/barrot et doublé le barrot de pont principal par un lame de chêne de 60 par 25.

– supprimé le capot de pont ; il y a maintenant un trou que je boucherai avant de stratifier le pont .

Je vais maintenant attaquer le retournement de la coque et le ponçage (grosse corvée ).

A suivre

Michel DEPUYDT

3 commentaires

  1. merci pour cet article très intéressant.
    Moi je dis parfois, vive le plastique!
    Bon courage

  2. Merci Michel pour tout ce vécu !
    C’est trés intéressant de vivre le Requin « de l’intérieur ». Ce parcours initiatique constituera peut-être un mode d’emploi pour d’autres requinistes !
    Bon courage pour tous ces travaux, et nous espérons bientôt revoir IZENAH sur le plans d’eau.

  3. Salut Michel,
    Avec un bateau aussi bien consolidé,je pense que tu peux espéré devenir bientôt le « CHAMPION DE LA GLISSE » en baie de Quiberon…..
    Pas de problème,tu vas pouvoir envoyer toute la toile.

    Kenavo,