3 jours en Requin

[singlepic id=819 w=580 h= float=left]
Le Requin, c’est loin de n’être que de la régate !
1ère journée – Father and Son

20 juillet 2011, Tanagra 3 appareille de Pornic dans la bruine, direction Belle-Ile. Aurélien largue les amarres et repousse l’étrave. Nous voila partis… et déjà trempés. Le vent souffle d’Ouest à 15-20 noeuds et nous remontons la côte de Jade jusqu’à l’estuaire de la Loire.

La visibilité est faible et nécessite une vigilance renforcée dans l’Estuaire de la Loire où nous croisons les ombres des cargos au mouillage. Heureusement, nous nous sommes équipés d’un GPS avant de partir…

Notre navigation se poursuit sous les rafales de pluie, nous longeons Houat et Hoedic et tirons des bords jusqu’au Palais où nous retrouvons enfin le soleil. Nous appelons la capitainerie par VHF et un zodiac vient nous prendre en remorque pour nous amener dans l’ancien port à couple d’un Requin ilien.

1ère nuit (blanche) [singlepic id=817 w=320 h=240 float=right]

De retour d’une pizzéria où nous avons retrouvé Grégoire Sentilhes, propriétaire d’Argol, nous nous installons pour notre première nuit. Il faut dire tout de suite que Tanagra n’a pas les aménagements d’un palace 4 étoiles… les bannettes, faîtes d’une toile tendue entre deux tubes en alu, sont inutilisables. Nous devons nous glisser dans les couchettes -cercueil qui passent en forme de triangle (très) aigüe sous les iloires. Impossible de se retourner, ni de lever les genoux! Sacré Moisnard! Ca passe encore pour Aurélien mais avec mon mètre quatrevingt dix, je ne sens pas trop l’affaire. Surtout qu’avec la météo que nous avons eue, le bateau suinte l’humidité, et que mon sac de couchage s’imbibe doucement… Enfin, le port de Belle-Ile est superbe, mais je ne savais pas qu’il était longé par une sorte d’autoroute!

Bref, si par chance Aurélien parvient à s’endormir, je ne trouve pas d‘autre solution que d’attendre le lever du jour en regardant les gouttes d’eau courir sur la coque!

2ème journée – La chance

[singlepic id=818 w=320 h=240 float=left] Le soleil est radieux et nous quittons Belle-Ile sous une petite brise pour le Golfe. Nous y rentrons à contre-courant en rasant la côte. Le paysage est superbe et la lutte contre le courant avec ses brusques retour en arrière nous met en joie.

Nous trouvons un mouillage à Larmor Baden et rangeons le bateau. J’en profite pour chercher mon Blackberry que j’avais égaré. Je le retrouve enfin et m’aperçois qu’un numéro non répertorié m’a appelé de nombreuses fois. Intrigué, je le rappelle et je tombe sur une personne très aimable qui m’appelle par mon nom et me demande si je n’aurais pas d’aventure perdu mon blouson. Je suis envahi d’un doute soudain quand mon interlocuteur m’apprend en riant qu’il a retrouvé mon blouson en mer… avec mon portefeuille dedans! Sympa jusqu’au bout, il me le rapporte au port.

2ème nuit (blanche)

[singlepic id=815 w=320 h=240 float=left] Bon, me dis-je en me glissant dans mon corset marin, l’endroit est plus calme, mon corps a du s’adapter,… ça va bien se passer.

Et bien non, ça ne se passe pas bien, car j’ai besoin de me retourner pour dormir, moi! Cette fois-ci il n’y a pas trop d’humidité et donc même pas de gouttes à compter…

3ème journée – Retour

Quel régal cette sortie du Golf par grand soleil… Nous sortons le spi et filons droit sur Pornic porté par un vent bien établi et des vagues qui nous poussent à plus de 11 noeuds pour la grande joie d’Aurélien qui enregistre les records.

Nous rentrons au port sans problème un peu (à vrai dire pas trop) fatigués et surtout heureux comme tout de cette petite aventure à deux, qui restera, comme le voyage en Finlande avec Victor, un très grand moment !

Conclusion

La croisière en Requin, c’est faisable et très sympa… mais aménagez un minimum votre bateau comme l’ont fait Peau-Rouge ou Fancy Free par exemple. Equipez-vous également d’un GPS et d’une VHF, d’un réchaud pour le petit déjeuner,…sans oublier les boules Quies pour les nuits au port. Nous, on repart cet été!

Guillaume Fradet

4 commentaires

  1. Très sympa,
    je suis presque nostagique des premiers déplacements en régate. Bien que les caraibes soient plus chaud, le tout humide après une journée de régate musclée et les tentatives de séchage avec le réchaud enfermé dans le bateau…nous aimons la mer il n’y a pas à dire…
    Mowgli

  2. Bravo pour cet article !
    Belle aventure estivale en Requin bien partagée !
    quelles prochaines destinations pour l’été prochain ?

    Amicalement,

    Yves

  3. Super,

    C’est vrai que le requin c’est aussi le plaisir de naviguer pour explorer notre magnifique littoral.

    cela me donne des idées pour l’été prochain histoire de passer un peu de temps avec mes têtes blondes.

    ça maintien jeune.

    Amicalement

    FRA 414

  4. Excellent ! J’attends avec impatience la mise à l’eau du St Patrick (368) cet été après sa restauration pour faire la même chose en baie de Douarnenez !