Viaporin Tuoppi, Carnet de voyage en Finlande – suite et fin

[singlepic id=2267 w=580 float=left]

Viaporin Tuoppi, une des plus belles régates au monde…

C’est notre dernier jour en Finlande. Voilà trois semaines que nous sommes arrivés dont deux passées dans une petite maison sur l’île de Nauvo face à la mer Baltique dans le fantastique Archipel de Turkü. Une virée dans une des petites îles les plus au sud, Nötö, nous amène à faire la connaissance d’Outi qui y tient un café sur cette terre peuplée de sept habitants l’hiver. Nous sympathisons et lui parlons de notre envie de naviguer pendant notre séjour.

Nöto

[singlepic id=2283 w=580 float=left]

Toute une chaîne de Finlandais se met alors en place qui nous amène d’Outi à Janne, de Janne à Goran et Häkan Forss, de ceux-ci à Tarja qui fait partie de l’organisation et qui se démène pour nous trouver un embarquement, de Tarja à finalement Timo et Iso sur les bateaux desquels nous prenons place le 15 août à Helsinki pour assister à une des plus belles régates de voiliers en bois au monde : Viaporin Tuoppi.

L’affiche de la XXI édition

[singlepic id=2284 w=580 float=left]

Viaporin Tuoppi, ça vient de Viaporin pour l’île de Suomenlinna au large de laquelle partent les séries à tour de rôle, et de Tuoppi qui veut dire … pinte de bière (ou trophée, c’est selon). C’est la XXXIe édition à laquelle participent 160 voiliers en bois et en grande majorité destinés à la régate, dont sept 8M JI, 11 6M JI, 11 Requin, 40 Folkboats (dont Patrick Archambeaud nous avait à juste titre souligné l’immense popularité tout autour de la Baltique), des A boats, des 8 M2 suédois, et autres merveilles dont vous verrez plus loin les photos mais qui nous sont inconnus.

Et c’est parti ! 9 h00, les bateaux sortent de tous les Yachts Club de la rade 

[singlepic id=2285 w=580 float=left]

10h00, les bateaux les plus rapides s’élancent, et les séries s’échelonnent les unes après les autres pour tourner autour des îles de la rade. Le parcours côtier est complexe et le rase cailloux souvent spectaculaire ! Sur notre bateau pointeur – oui, il est temps de vous avouer que nous ne courons pas, impossible de trouver une place, en revanche nous sommes en très bonne compagnie avec Timo et 3 jeunes amies – nous voyons arriver en tête le super 12 M Blue Marlin. Un Requiniste nous expliquera que sa construction fut ordonnée par le Fürher pour Eva Braun. Bon, en fait ledit Requiniste avait probablement déjà attaqué au long-drink (C. Archambeaud connaît bien ce breuvage) car ce Camper Nicholson de 1937 était en Grande Bretagne pendant la guerre. En tout cas il est splendide.

Blue Marlin

[singlepic id=2269 w=580 float=left]

Suivent de très près des 8 MJI très casse-cou. Jugez-en plutôt à ce passage de marque (ils ont viré au ras l’îlot que vous voyez-là et le spi blanc n’a pas fait de cadeau au rouge qu’il repassera au vent) 

[singlepic id=2270 w=580 float=left]

[singlepic id=2271 w=580 float=left]

[singlepic id=2272 w=580 float=left]

Voilà ensuite les plus beaux, enfin !

[singlepic id=2273 w=580 float=left]

[singlepic id=2274 w=580 float=left]

[singlepic id=2275 w=580 float=left]

Suivis (ou précédés parfois) de A boats, S55, et S30 effilés et aux bômes singulièrement courtes 

[singlepic id=2276 w=580 float=left]

Le défilé dure à peu près 3 heures et c’est hélas l’heure de rentrer pour nous à Suomenlinna pour le non moins beau spectacle de tous les bateaux qui s’y garent tant bien que mal. C’est le moment de la première bière, mais surtout du Sauna … et pas n’importe lequel. En effet Suomenlinna dispose du plus grand sauna de Finlande (entre 50 et 100 places selon le degré d’alcoolémie précoce de nos interlocuteurs), et il est mixte. Claire (surtout) et moi refusons avec difficulté maintes propositions comme vous pouvez l’imaginer.

[singlepic id=2277 w=580 float=left]

[singlepic id=2278 w=580 float=left]

Mais surtout, quelle ambiance. Relax, simples, les Finlandais ne se la jouent pas et ont le contact facile dès la glace brisée. Ils sont même rapidement plus bavards que les Français… surtout quand on retrouve de vieux potes :

– ceux de Jakobstadt (dans le Nord) chez qui nous avions régaté il y a 15 ans. Vous voyez là à droite Mats qui a gagné la course sur Aquarelle le dernier Haj construit en bois, en 2003 (je leur raconte Skol Ar Mor, ça les passionne)

[singlepic id=2279 w=580 float=left]

– ceux de Naantali chez qui nous étions venus il y a 11 ans avec Victor (et B.Tantet, P. Colombani, D. Lorber, M. Hennebert, C. Archambeaud). Lorsque mon voisin me reconnaît, puis Victor qui avait 8 ans à l’époque, il manque d’étouffer ce dernier de joie !

[singlepic id=2280 w=580 float=left]

Nous quittons avec force et promesse de nous retrouver au plus vite, mais il est temps, hélas, de rentrer, non sans regret comme vous l’avez deviné !

Guillaume Fradet

[singlepic id=2281 w=580 float=left]

 [nggallery id=211]

6 commentaires

  1. Tres bon et beau reportage.
    Mais j ai une question qui me trote dans la tête
    Pourquoi les ponts saints tous vernis?
    N est ce pas un peu glissant pour le numéro 1
    Merci

  2. A Guix, oui c’est glissant, je te le confirme … mais c’est si beau !

  3. Jerome guiix on

    J avais envie de le faire mais tout le monde me l a déconseillé
    Mon pont bouge et prend l eau car il n a pas été pose sur du Cp Marine
    Alors vernis peut être …

  4. Je peux demander aux Finlandais si tu veux. Tu as quoi comme bois ?
    Eux privilégient le pin d’Oregon (voire le chêne) car ils disent que c’est un bois qui prend peu l’eau et qui ne risque pas d’éclater quand le gel arrive.Enfin, c’est ce que j’ai compris, car le bois, moi …
    En tous cas c’est leur première question, quelque soit le type de bateau : « en quel bois est-il fait ? »
    A+