Les nouvelles règles de course 2017 – 2020 par Didier Grèze

1e partie

Comme tous les 4 ans, après une année olympique, nous découvrons en ce début 2017 les nouvelles Règles de Course à la Voile décidées par « World Sailing » (le nouveau nom de l’ISAF depuis mi 2016).

Alors que la saison redémarre et que vous vous projetez vers les régates à venir, dont je n’en doute pas, un National Requin à l’Ecole Navale en mai prochain qui marque le retour du Requin sur le plan d’eau de cette prestigieuse école où le Requin forma à la pratique de la voile des générations d’Officier de la « Royale », je vous propose d’analyser cela sous l’angle « régatier » plutôt que sous l’angle « arbitre ».

En effet, certains ajouts ou modifications n’impactent pas la tactique ou la stratégie sur l’eau.

Néanmoins, nous verrons dans un deuxième mémorandum ce qui, une fois rentré à terre et content d’avoir réalisé de belles courses, peut s’avérer utile à connaître si d’aventure vous aviez eu quelque différent sur l’eau avec d’autres compétiteurs, fussent-ils Requinistes ou pas !

Les changements induits par les RCV 2017 2020 sur l’eau :

Nous allons voir ce qui change en suivant la chronologie de la course plutôt qu’en se référant à la numérotation des RCV.

  1. au niveau du départ :

A/ Pénalités de Départ :

Le pavillon U qui n’était qu’expérimental (il fut intégré aux IC du National Requin de Noirmoutier en 2015 à l’initiative d’Yves Lorber) est maintenant officialisé en tant que RCV 30.3.

Ce pavillon U peut s’analyser comme un pavillon noir avec « joker ».

En effet, à l’instar du pavillon noir, un bateau ne doit pas se trouver, dans la minute précédant le départ dans un triangle dont la base est la ligne de départ et le sommet la première marque.

Attention par bateau, il faut bien entendre aucune partie de la coque, l’équipage ou un équipement.

Le RCV 30.3 précise que « Si le bateau enfreint cette règle, il doit être disqualifié sans instruction, sauf si le départ de la course est redonné ou si elle est recourue ». Ce qui veut dire que, contrairement au pavillon noir (RCV 30.4 nouvelle numérotation du fait du pavillon U), la disqualification n’est pas systématique.

Pour illustrer le propos, ci-dessous exemple de départ redonné et de course recourue.

Course 4, départ sous pavillon U, de nombreux bateaux sont au-dessus de la ligne dont FRA XXX. Cependant, tous ne sont pas identifiés, le Comité de Course envoie donc un Rappel Général et redonne le départ de la course.

Course 7, départ sous pavillon U. Le concurrent FRA XXX a été identifié au-dessus de la ligne. Cependant, au milieu du premier bord, le vent chute à tel point que plus aucun bateau n’avance. Le Comité de Course annule la course (pour mémoire pavillon N et 3 signaux sonores) puis redonne ensuite le départ.

Dans les 2 cas course 4 et course 7, FRA XXX pourra reprendre le départ contrairement à ce qui se serait passé sous pavillon noir. Il y a lieu de penser que cette procédure sera maintenant plus fréquente mais qu’elle sera utilisée, entre autre, dans le cas de « grandes flottes ».

En effet, sur l’exemple 1 ci-dessus (course 4) où seuls quelques bateaux étaient identifiés au-dessus alors que d’autres ne l’ont pas été, si il y avait eu un départ sous Pavillon Noir, tous les « fautifs » non identifiés auraient pu reprendre le départ ; avec le U, l’équité est rétablie entre tous les bateaux fautifs identifiés ou non !

Au niveau du classement, cette pénalité sera affichée en UFD (à rapprocher du BFD).

B/ Courses dont le départ est redonné ou courses recourues « RCV 36 » :

Le sujet vient d’être évoqué avec le pavillon U (cf. les 2 exemples) mais la RCV 36 stipule maintenant qu’un bateau ne doit être pénalisé, sauf à une infraction aux RCV 30.2 (pavillon Z proche du pavillon noir, au lieu de la disqualification, une pénalité en point 20% s’applique au (x) fautifs), RCV 30.4 (pavillon noir), RCV 69 (mauvaise conduite) et à une infraction à la RCV 14 (Eviter le contact) s’il a causé une blessure ou un dommage sérieux (c’est ici que se situe la nouveauté).

En effet, précédemment dans ce cas de figure, le bateau ayant provoqué une blessure ou un dommage sérieux pouvait courir et conserver son score en cas de départ redonné et ou de course recourue alors que l’autre bateau ne pouvait que demander réparation, si tant est qu’il ne soit plus en mesure de courir. Maintenant, le bateau fautif pourra être pénalisé.

          2. Sur l’eau après le départ :

Il s’agit essentiellement de modifications impactant le préambule et certaines RCV du Chapitre 2 « Quand les bateaux se rencontrent » d’une part à la marque au vent et à la marque sous le vent.

Sur ces deux derniers points, nous verrons les modifications aux règles 18 Place à la marque, 19 Place pour passer un obstacle. Enfin, nous finirons sur les modifications de la règle 20 Place pour virer de bord à un obstacle.

A/ Le préambule du chapitre 2 :

Il est maintenant acté que l’on puisse pénaliser un bateau qui n’est pas en course pour une infraction à la RCV 14 quand l’incident a causé une blessure ou un dommage sérieux. Dans ce cas, le bateau devra abandonner sur la course la plus proche sinon il risque d’être DSQ.

Attention le préambule prévoit toujours une pénalisation à une infraction à la RCV 24.1 Gêner un autre bateau.

B/ La RCV 18 Place à la marque : 2 modifications

  • RCV 18.2 Donner de la place à la marque

La rédaction antérieure comportait 4 alinéas de (a) à (d). Insertion d’un nouvel article 18.2 (d) qui décale les anciens (d) et (e) en (e) et (f). La règle 18.2 (d) dans sa nouvelle rédaction précise que dès lors qu’un bateau a obtenu la place à la marque, les règles 18.2 (b) et (c) cessent de s’appliquer à ce bateau.

  • RCV 18.3 Virer de bord dans la zone

Nous avions analysé l’année dernière le risque que prenait un bâbord qui vire à la marque au vent devant un tribord. La nouvelle rédaction de la 18.3 renforce à la marque au vent la position du bateau tribord parant la marque vis-à-vis d’un bâbord.

Attention, cette modification ne concerne que la marque à laisser à bâbord mais ceci est l’usage courant dans les courses en flotte auxquelles les Requin participent.

C/ La RCV 19 Place pour passer un obstacle.

Nouvelle rédaction de la RCV 19.1 « Quand la règle 19 s’applique », plus particulièrement ajout de deux paragraphes et devient :

La règle 19 s’applique entre deux bateaux à un obstacle sauf :

(a) quand l’obstacle est une marque que les bateaux sont tenus de laisser du même côté, ou

(b) quand la règle 18 s’applique entre les bateaux et que l’obstacle est un autre bateau engagé avec chacun d’eux.

Tout d’abord, il convient de revenir à la définition de l’Obstacle : « Un objet qu’un bateau ne pourrait passer sans modifier sensiblement sa route alors qu’il navigue directement vers lui et qu’il en est distant d’une longueur de coque. Un objet que l’on peut passer en sécurité seulement d’un côté et une zone définie dans les instructions de course sont aussi des obstacles. Cependant, un bateau en course n’est pas un obstacle pour les autres bateaux à moins qu’ils ne soient tenus de s’en maintenir à l’écart ou, si la règle 23 s’applique de l’éviter. Un navire qui fait route, y compris un bateau en course ne constitue jamais un obstacle continu. »

Ainsi donc, selon cette définition, un bateau en course n’est pas un obstacle sauf si les autres bateaux sont tenus de s’en maintenir à l’écart. Or l’obligation de se maintenir à l’écart est une situation fréquente notamment quand plusieurs bateaux se présentent ensemble à la bouée sous le vent selon le schéma suivant :

Alors que précédemment la 19.2(b) obligeait jaune qu’il laisse la place à bleu pour passer entre lui et vert et venait donc interférer avec la RCV 18.

Dorénavant :

18.2(b) exige que vert laisse la place à la marque à bleu et jaune

18.2(b) exige que bleu laisse la place à la marque à jaune

C’est donc une simplification.

(Petit rappel : on notera que dans l’exemple proposé les bateaux n’ont pas besoin d’empanner pour contourner la marque et que donc la RCV 18.4 ne s’applique pas. La 18.4 pour rappel oblige un bateau qui doit empanner pour contourner la marque sous le vent à ne pas naviguer au-delà de sa route normale : en d’autres termes, dans notre exemple, jaune serait contraint de ne pas « emmener » les autres bateaux plus bas que de raison par rapport à la marque de même que bleu vis à vis de vert.)

D/ RCV 20 Place pour virer de bord à un obstacle.

Il s’agit de modifications au niveau de la RCV 20.1 : Héler. Elles précisent les situations dans lesquelles un bateau doit héler pour de la place pour virer faute de quoi il enfreint cette règle 20.1

En l’occurrence :

20.1 (a) s’il approche d’un obstacle et qu’il aura bientôt besoin de faire une modification de route importante pour l’éviter en sécurité, et 20.1 (b) s’il navigue au plus près et au-delà.

Dans un deuxième temps, nous verrons les modifications réglementaires portant non plus sur le déroulement d’une course proprement dite et donc l’aspect tactique pour la navigation mais sur les modifications importantes ayant trait au chapitre V les réclamations, réparations…


Didier Grèze, en plus d’être arbitre national, est un grand amateur de belle plaisance et de bateaux classiques. Il a été président du jury lors des deux dernières éditions de notre championnat national et sera également aux commandes du 66e National Requin à La Baule, du 28 au 31 juillet 2016. Nous le remercions chaleureusement pour ses précieux éclairages.