La chèvre

[singlepic id=1197 w=400 h=400 float=center]

Nous vous proposons cet hiver de redécouvrir une série d’articles de conseils techniques. Premier épisode : la chèvre.

  • Le système (1)

La chèvre se compose de2 jambes, 2 tubes de 6 m de long, reliés entre eux par une platine percée, dans laquelle se trouve une grande manille, enfermant 4 éléments : 2 bouts de 8 m (les bastaques), 1 de 6,50 (l’étai) et 1 palan (2). En bout de chaque jambe, une fente, et, perpendiculairement un trou traversant la base de la « jambe ». Le mat, posé sur le pont et le roof, est positionné pied de mat vers l’avant. Deux personnes sont nécessaires pour mener à bien cette opération.

[singlepic id=1194 w=200 h=200 float=left][singlepic id=1195 w=170 h=170 float=center]

  • Le mâtage

A – Monter, par l’avant, la chèvre sur le pont du bateau. Les jambes viennent se fixer, de part et d’autre, sur les cadènes, à l’aide de 2 tournevis, pointes vers l’extérieur (3).

[singlepic id=1196 w=200 h=200 float=]

B – Les bases étant fixées, tirer la chèvre pour la lever (4).

[singlepic id=1197 w=200 h=200 float=]

C – Fixer le bout « étai » à l’avant et les 2 « bastaques » vers l’arrière en se servant des winchs pour les tendre au maximum. La chèvre, alors en position haute, doit être bien équilibrée : perpendiculairement au bateau, centrée au milieu. Avant de monter la chèvre, il est impératif de garder près de soi les 2 brins du palan : l’un pour attacher le mât, sous les barres de flèches, l’autre pour hisser.

D – Pendant qu’un équipier hisse le mât, encore horizontal (5), le second appuis sur le pied pour le faire basculer. Le mât monte et se trouve bientôt en haut, vertical par rapport au pont.

[singlepic id=1198 w=200 h=200 float=]

Passer les drisses par l’étambrai, puis le pied et descendre le mât. Le fixer à poste, détacher le palan, puis descendre la chèvre (6).

[singlepic id=1199 w=200 h=200 float=]

E – Pour le démâtage (7) : même opération mais à l’envers, en prenant soin de passer les 2 « bastaques » en dessous de barres de flèches, afin qu’elles ne gênent pas la sortie du mât.

[singlepic id=1200 w=200 h=200 float=]

Pour votre première tentative, faites-vous aider par un requiniste aguerri dans cette pratique.

Temps pour un équipage entraîné : 1/4 d’heure.

Philippe Petit-Jean

Un commentaire

  1. guillaume fradet on

    Merci Philippe pour cet article. Effectivement, cette manoeuvre (pour l’avoir vue mais non pratiquée) est rapide et permet de faire quelques économies dans certains ports!