« Les conseils de Pascal » – Episode 3 : la stratification des coques en bois

S’il est un sujet qui divise beaucoup c’est celui de la restauration de nos anciens Requin en bois qui commencent à vieillir.
La restauration classique avec remplacement de bordés, varangues etc… est un travail qui demande des compétences en charpente maritime et va nécessiter dans la majorité des cas de faire appel à un chantier spécialisé. Cela reste la solution « classique ».

Une autre solution qui a maintenant fait ses preuves avec plus de 25 ans de recul est la stratification à l’époxy de la coque.
Avec cette méthode, il est plus facile de trouver des chantiers qui pourront exécuter entièrement ou en partie ce travail, car il est possible de se réserver le décapage et le ponçage si on le souhaite.
Rex est une construction Hamel de 1949. Je l’ai récupéré en 2016 alors qu’il dormait sous un hangar depuis une bonne dizaine d’années. Les bordés de fond s’étaient ouverts et, après une inspection méticuleuse, il s’est avéré parfaitement sain et parfaitement compatible avec une solution de restauration par stratification.
L’époxy est une résine compatible avec le bois qui va créer une véritable liaison de collage entre le bois et le tissu de verre.
L’important avant de se lancer est de vérifier que la coque est suffisamment saine sans points de pourriture trop importants. Ces zones abîmées devront évidemment être réparées avant tout collage.
Le bateau devra aussi être le plus sec possible, donc au moins quelques mois après la sortie de l’eau.
Quand toutes ces conditions sont réunies, nous pouvons commencer. Le travail sera exécuté dans un chantier spécialisé en stratification avec l’aide précieuse de Jean Queveau devenu un spécialiste de la question. Nous ferons d’ailleurs la stratification de son requin Roger Pol II et de Rex en même temps.
Il existe à présent de nombreux types de résine époxy adaptés aux différents travaux. L’idée dans notre cas est d’utiliser une résine relativement souple qui permet de laisser légèrement travailler les bordés en fonction des conditions climatiques.

Déquiller le bateau.

Ce travail peut paraitre compliqué mais se trouve être facilité sur le Requin puisque le lest est vissé directement sur la quille par quelques boulons. On dévisse les écrous à l’intérieur, on soulève la coque avec des sangles et, à l’aide de coins, on désassemble le lest en douceur.

On dispose alors d’une coque plate, deux fois plus légère, que l’on pourra retourner à l’envers afin de la poncer puis de la stratifier.

Le ponçage-décapage

Le ponçage-décapage est une étape importante qui permet de mettre la coque à nu. Pendant le ponçage de Rex, pourtant construit en 1949, l’odeur de l’acajou était intacte et le bateau semblait sortir de construction.

La stratification

La stratification consiste a imprégner le bois de résine puis à déposer 2 couches de tissu de verre qui enveloppent complètement la coque

L’époxy

Il y aura ensuite une passe d’enduit époxy qu’il faudra poncer à nouveau afin d’obtenir une surface parfaitement lisse. Ces séances de ponçage sont assez longues et de leur réussite dépend l’aspect final de la coque. Une couche de primaire époxy est alors appliquée, la coque est terminée et prête à être peinte.

Le sablage

De leur côté, le lest et la fausse quille sont sablés puis aussitôt passés au primaire époxy avant le retour de l’oxydation. Si besoin, c’est le moment de changer les boulons de quille.

Le requillage

Nous pouvons alors replacer le bateau dans le bon sens…

…puis replacer le lest sous la coque et revisser les boulons après interposition d’une bonne couche de joint Sicaflex.

Stratifier la fausse quille

Nous stratifions la fausse quille en bois une fois les boulons serrés mais pas le lest en fonte qui est imprégné d’eau salé et difficile à rendre étanche. Il restera avec son enduit époxy.

La peinture

Après un dernier ponçage la peinture bi-composant sera réalisée par le chantier.
Je ferai la sous-marine avec de l’antifouling matrice dure qui permet aussi un léger ponçage pour le rendre bien lisse.

Voilà rapidement les différentes étapes de stratification d’une coque. C’est un travail très interessant et minutieux.
Il permet de récupérer un bateau étanche, solide, rigide…
Il évite les interminables séances de ponçage, passage d’enduit, de peinture etc… au début de chaque saison, ainsi que les éventuelles séances de pompage durant la navigation…
Rex a été mis à l’eau en juillet 2017 et a donc déjà fait deux saisons complètes. Il est parfaitement étanche et n’a pas eu besoin d’entretien extérieur particulier.
L’intérieur par contre reste dans son état d’origine, entièrement vernis et pourra garder le look que nous aimons et qui fait le charme de nos bateaux.